[Témoignage] Elisabeth Young Lebon nous parle de son quotidien de professeure de mathématiques en lycée général

Partagez cette page
Imprimer cette page

Elisabeth Young Lebon, 35 ans, enseigne les mathématiques au lycée Le Verger, à Sainte-Marie, à La Réunion. Après un court passage en collège, elle a décidé d'enseigner en lycée. Professeure depuis onze ans, elle a vu sa pratique évoluer, notamment grâce au numérique.

"Être prof, c'est un réel travail d'équipe"

Elisabeth Young Lebon

"Être prof, c'est un réel travail d'équipe"


Pourquoi avez-vous choisi de devenir enseignante ?

Au début, je voulais être dentiste ! Mais à force de fréquenter les cabinets, j'ai développé une aversion, tout en réalisant que j'aimais les maths et, surtout, le relationnel. Comme je ne m'imaginais pas faire des maths dans mon coin, j'ai pensé qu'enseigner serait la meilleure combinaison. J'ai eu des profs de maths qui m'ont marquée positivement, notamment un prof formidable en terminale S, dont la méthode m'inspire encore.
Je trouve dans l'enseignement des mathématiques une rigueur qui me plaît. C'est une matière qui forge le goût de l'effort. Quand il y a une argumentation, on arrive plus facilement à en voir le développement et cela permet de produire un raisonnement logique dans d'autres disciplines. Parfois, on cherche quelque chose qu'on ne va pas forcément trouver !

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans la pratique de votre métier ?

Quand les élèves comprennent, quand leur regard s'éclaire. C'est gratifiant quand ils commencent à aimer les maths, à mieux les appréhender. J'aime beaucoup les échanges avec les élèves, ainsi que le lien que l'on crée avec eux.

Quels avantages y a-t-il à être enseignant ?

Les vacances scolaires, bien sûr, et l'emploi du temps : j'ai deux enfants, et c'est pratique de pouvoir les récupérer à l'école le mercredi.
Ensuite, on reste quand même assez libres de gérer sa classe, sa progression, son contenu... On n'a pas constamment quelqu'un qui nous surveille et nous met la pression.
Autre gros avantage : les autres collègues, qui sont des spécialistes dans chaque domaine ! C'est très intéressant, lorsqu'on échange, très enrichissant.
Enfin, aucune année ne se ressemble, on est toujours étonné par les réactions des élèves.

A contrario, quels sont selon-vous les inconvénients du métier ? Les difficultés auxquelles il faut faire face ?

On est prof tout le temps. Quand je rentre le soir, je pense à la journée de travail qui m'attend le lendemain, aux cours à préparer, aux copies à corriger, aux examens qui arrivent... Pareil en vacances : c'est un métier qu'on ne peut pas mettre sur pause.
Mais, ce que je trouve le plus difficile, ce sont les confrontations, les conflits à gérer, ou simplement une classe bruyante qui ne veut pas écouter. Prof, ce n'est pas seulement enseigner, c'est aussi de la discipline.

En quoi votre pratique de l'enseignement a-t-elle évolué depuis le début de votre carrière ?

Clairement, le développement de l'informatique et du numérique, qui prend une place de plus en plus importante dans les classes. Aujourd'hui, un prof de maths doit savoir se débrouiller dans ce domaine. Utiliser des tableaux interactifs, des plateformes de cours en ligne... Tout cela nous pousse à nous mettre au goût du jour, à être toujours à la page. Dans les programmes, il y a désormais une partie sur les algorithmes. Les élèves doivent savoir écrire un programme, faire de la géométrie grâce à des logiciels... Tout cela peut permettre par ailleurs de raccrocher et de remobiliser des élèves très en difficulté.
Je trouve également que les élèves ont plus de mal à rester concentrés longtemps, donc il faut davantage d'interactions, de choses projetées, de variété dans leur activité mathématique... Un cours classique fonctionne moins bien qu'avant.
En début de carrière, j'étais très fermée. J'évitais de rire en cours, ou je me cachais pour le faire ! Maintenant, je suis plus détendue, spontanée, je m'interdis moins de faire des petites blagues de temps en temps.

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre quotidien ?

Chaque jour, j'endosse mon costume de prof. Pour moi, c'est comme un rôle. Surtout que dans la vie, je suis bien plus rigolote qu'en cours ! Au quotidien, il faut être très réactif, et mes journées ne sont pas monotones, parfois fatigantes.
Être prof, c'est un réel travail d'équipe. Au sein de mon établissement, je suis aussi coordinatrice de ma matière et j'aime beaucoup que nous, les professeurs de mathématiques, travaillions ensemble et échangions sur nos pratiques, nos progressions.

Que diriez-vous à un élève en cours d'orientation/étudiant pour l'inciter à devenir enseignant ?

Je lui dirais « attention » ! Parce qu'il faut vraiment, vraiment se dire qu'on va devoir gérer une classe. Quand on dépasse ça, c'est super. On contribue à améliorer notre pays ; c'est nous qui donnons les pierres - j'espère - à d'éventuels chercheurs, ingénieurs... Des gens qui vont améliorer notre quotidien, inventer le nouveau truc qui va révolutionner le monde.

Enfin, quels conseils donneriez-vous à de futurs enseignants ?

Avoir naturellement ce côté manager, être capable de décider des choses et de s'imposer. Je ne crois pas que ce soit donné à tout le monde.
Ensuite, il faut aimer aider les élèves, vouloir partager avec eux. Positiver, être patient et surtout être capable d'adapter ses explications à leur niveau. Il faut les varier, les démultiplier pour qu'ils puissent comprendre. D'après ce que rapportent certains élèves, j'ai l'impression que ce n'est pas évident pour tous les enseignants.
Un dernier conseil : savoir réagir à la demande de l'élève. Pour ça, il faut être vraiment à l'écoute et attentif à leurs réactions. Se montrer un peu spontané, si besoin ; inventer un exercice supplémentaire, par exemple, pour les aider à comprendre. La clé pour que ça fonctionne entre un prof et sa classe, c'est que les élèves doivent voir que l'enseignant s'intéresse réellement à eux et sentent que le prof fait son travail. S'il fait tout ça, il devrait être respecté.

Propos recueillis en mars 2016

Être professeur en lycée général et technologique : d'autres témoignages à découvrir

Christelle Courtois-Ladret

"Ce métier oblige à remettre en question ses pratiques car les élèves changent chaque année. Rien n'est figé (...) c'est très stimulant ! (...) Ce qui me plaît surtout, c'est la transmission des savoirs et des compétences."




ProfLYCEE-Visio1 par EducationFrance

Mise à jour : 29.04.2016

Vous voulez devenir enseignant en lycée général ?

Les ESPE proposent une formation professionnalisante pour devenir professeur des écoles.

Renseignez-vous sur la formation professionnalisante en ESPE

Être professeur en lycée général et technologique

Enseignant du second degré, le professeur en lycée général et technologique prend en charge plusieurs classes et plusieurs niveaux, de la seconde au BTS.

En savoir plus

Partagez cette page
Imprimer cette page